Recherches

Trafic illicite de déchets DEEE


Pour le trafic illicite de déchets DEEE (Déchets d'équipements électriques et électroniques) effectuée de manière organisée, le délit prévu par l'art. 260 du décret législatif 152/2006 (conformément à l'article 53bis du décret dit Ronchi). Si alors il s'agit de trafic illicite de déchets organisé au niveau international, l'art. 259 du décret législatif 152.

De 2002 à aujourd'hui, les enquêtes en Italie sur la trafic illicite de déchets qui concernait je DEEE ils ont totalisé 6, soit 2,7% du total des enquêtes. Les enquêtes ont conduit à l'arrestation de 41 personnes tandis que 214 autres ont été signalées en liberté. 10 entreprises de huit régions différentes ont également été impliquées dans les enquêtes.

La source des données que nous rapportons est le 'Pirates de la DEEEIl est géré par le Centre de Coordination WEEE en collaboration avec Legambiente.

Si ces résultats ont été atteints, c'est aussi parce que le `` crime d'activités organisées de trafic illicite de déchetsEn fait, le seul crime environnemental prévu en Italie a permis aux enquêteurs d'enquêter sur ce que sont de véritables holdings criminelles en utilisant également des écoutes téléphoniques et environnementales.

Cependant, une partie importante de la trafic illicite de déchets DEEE il concerne les équipements qui empruntent des itinéraires illégaux seulement après avoir été démantelés et privés de composants de valeur. Surtout les plastiques et métaux de DEEE ils se retrouvent dans la chaîne d'élimination illégale de ces matières qui, de 2002 à aujourd'hui, a donné lieu à 32 enquêtes judiciaires avec 238 arrestations et 708 rapports sur le vrac imputable à 145 entreprises dans 18 régions.

En plus de la récupération organisée et du commerce illégal de DEEE, qui configure le trafic illicite de déchets, le phénomène des décharges est préoccupant. Au cours des cinq dernières années, 299 décharges illégales de DEEE. Le bilan négatif des sites illégaux découverts provient des Pouilles, une région qui, entre autres, excelle également dans le classement des collections de DEEE par habitant. La Campanie, la Calabre, la Toscane et la Sicile suivent de près.

Un troisième phénomène délétère est l'élimination sauvage des DEEE effectuées par ceux qui jettent les appareils usagés dans les poubelles (action illégale) ou les enterrent partout (action illégale et encore plus répréhensible). Les poubelles pour la collecte des déchets non triés sont, selon les données, la destination d'au moins 30% des petits DEEE et en particulier les ampoules et autres sources lumineuses. Des bacs intelligents pour les déchets électroniques seraient nécessaires, mais ils sont encore rares.

Le manque d'informations et le nombre encore limité de centres de collecte dans tout le pays contribuent à l'élimination «do-it-yourself». Parfois les commerçants n'aident pas: une enquête mensuelle La nouvelle écologie menée avec la technique du «mystery shopper» a permis de découvrir que seuls 4 commerçants sur 12 acceptent de récupérer une ampoule usagée pour l'achat d'une nouvelle. Et ceci malgré la loi stipulant que le commerçant qui refuse de collecter les DEEE encourt une amende pouvant aller jusqu'à 400 euros par pièce.

Six DEEE susciter l'intérêt au point d'alimenter un trafic illicite de déchets en effet, outre les substances dangereuses pour l'environnement et la santé telles que les gaz à effet de serre, les métaux lourds (plomb et mercure) et les destructeurs du système endocrinien (retardateurs de flamme bromés), ils contiennent également des matières rares et stratégiques pour diverses productions industrielles (indium et palladium) et des métaux précieux tels que l'or, le cuivre et l'argent. La valeur du cuivre sur le marché est d'environ 5 à 6 milliers d'euros par tonne, celle de l'aluminium d'environ 2 milliers et celle du fer d'environ 300 euros / tonne.

DEEE est intéressant pour le trafic illicite de déchets car ils contiennent aussi les «terres rares», 15 éléments chimico-minéraux particulièrement utilisés dans les composants électroniques, encore plus précieux. La valeur des terres rares comme le scandium, l'yttrium et le lanthane oscille entre 33 000 et 100 000 euros le kilo. Le problème économique lié à ces éléments n'est pas donné par la rareté, mais par le fait que 90% de leur présence est concentrée en Chine où ils sont extraits et transformés. La valeur marchande exorbitante dépend de la situation de monopole.



Vidéo: Recyclage DEEE. Jadopte les bons gestes. 4 films (Décembre 2021).