Recherches

Rétrograder: mieux vivre en gagnant moins


Rétrogradation cela signifie descendre dans le sens de la réduction des effectifs, mais aussi - et peut-être mieux encore - cela signifie rétrograder dans le sens de ralentir, de se calmer, de profiter davantage. le rétrogradation c'est donc un redimensionnement, un devenir plus petit, mais positif et porteur de bénéfices personnels et collectifs.

Rétrogradation est un mot en vogue parmi ceux qui, et ils sont nombreux, pensent que pour ne pas jouer la planète il faut changer certaines habitudes, à commencer par la consommation (de territoire, de matières premières, d'énergie ...) se contentant de moins sans dégrader leur qualité de la vie. Rétrogradation ça ne serre pas la ceinture, ça consomme mieux; ce n'est pas une baisse des prix, bien au contraire, il vise la qualité plutôt que la quantité, seulement pour se rendre compte que c'est ainsi que l'on vit mieux.

Se faire dire que l'on peut mieux vivre en gagnant moins semble être un saignement de nez, mais selon les partisans de rétrogradation c'est possible et pas si difficile. Le secret est de faire de l'efficacité - un autre mot redécouvert par la crise - en éliminant les consommations inutiles. De cette façon, vous dépenserez en fait moins sans sacrifices, et le revenu inférieur ne sera pas seulement un problème, mais vous permettra de découvrir l'aspect le plus vrai de la qualité.

le rétrogradation ça commence par les petites choses. Le préjugé est enraciné dans l'imaginaire collectif selon lequel les petits gestes quotidiens de chacun sont trop peu nombreux pour affecter les causes réelles de la dégradation environnementale et sociale. De cette façon, nous oublions que notre mode de vie est précisément la plus importante de ces causes, donc affecter les comportements individuels quotidiens est essentiel pour réduire les déchets.

Faire rétrogradation et pour mieux vivre tout en gagnant moins, vous pouvez commencer par empêcher la lumière électrique de briller dans les pièces vides, utiliser correctement les appareils et installer des appareils pour économiser de l'énergie. Il est tout aussi utile de limiter le gaspillage d’eau et la consommation de produits chimiques.

Nous avons dit que le rétrogradation c'est dans les petites choses, en voici une: seulement 3% de l'eau domestique sert à cuisiner ou à boire, tandis que 40% sert à vidanger les toilettes ou à laver la vaisselle. Les drains des toilettes à eux seuls (les types traditionnels utilisent 16 à 20 litres d'eau à chaque chasse d'eau) représentent 16% de la consommation totale d'eau et 28% de la consommation d'eau domestique. Pour réduire ces consommations, il suffit d'adopter les citernes à deux compartiments avec 4 à 12 litres de déchets.

En regardant autour de vous, vous réalisez que le désir de rétrogradation il se concrétise déjà en cohabitation ou dans de bonnes maisons de quartier, des villages de ferme à l'ancienne qui permettent de répondre à certains besoins grâce au partage et à l'entraide (partage des coûts énergétiques, aide à la gestion des enfants, achats collectifs ...). Le jardin urbain est également un exemple de rétrogradation, de même que toutes les initiatives d'autopartage et de partage de vélos qui se multiplient.

Ici vous en trouvez un bibliographie mise à jour et accessible sur la rétrogradation



Vidéo: #FLAMMESJUMELLES: Comment BIEN VIVRE la relation? (Décembre 2021).